Les Contes de NOEL


Imprimer cet article Fermer cette fenêtre

Cet article a été publié le 21/12/2011 à 17h10 par Equinoxe B. et a été consulté 40 fois.

suite et fin....

.......Derrière la fontaine se trouvaient des pissotières où, très souvent, nos besoins naturels, après deux heures de cinéma, devenaient pressants. Chacun de la bande y allait de sa « tontéria » tout en « meando », tout cela, avec l’ idée de complot, partagée par tous, quant à la blague que nous pouvions faire au « Préposé » des lieux , dénommé LEON.
Ce brave homme officiait en effet en tant qu’agent d’entretien et il faut dire que ses capacités intellectuelles ne l’avaient jamais destiné pas à de brillantes études. Aussi, quoi de plus banal pour les « mala-leche » qu’étaient les Marineros de le faire tourner en « bourrique »…. !
Pour notre part, nous avions trouvé un point faible (sûrement pas le seul). Cela consistait, une fois notre « pipi » effectué, de faire semblant de quitter les lieux, de gravir les marches en catimini et de s’approcher tous ensemble, en criant :
« Léon, Léon, ta femme te fait cocu… » et ces mos étaient répétés sans cesse à l’unisson jusqu’ au moment où, nous l’entendions grommeler ; là ; « escapa » et lui, péniblement montant les escaliers de sa pissotière, lancait ses jurons : « Hijos de puta… malasombras… sin verguenza… le premier que j’attrape, je le tue…… » !!!!
Cachés derrières les arbres nous continuions, à tour de rôle : « Léon, Léon, t’es cocu…. » ; le pauvre bougre, ne sachant pas de quel côté venaient les voix, dépité retournait dans sa pissotière…. !
Tels reviennent les souvenirs de la Place de la République……. ! »

A titre d’information, la bande était composée de : Francis C, Francis R, Francis T, Françou B, Jojo G, Christian S, Christian R, Louis P, Antoine A, Jo B.

Jo BRU