Les Contes de Noël


Imprimer cet article Fermer cette fenêtre

Cet article a été publié le 09/12/2011 à 11h29 par Equinoxe B. et a été consulté 340 fois.

Le conte de René (suite):
..........
Dans ces conditions, le jury n’eut aucune peine à départager les candidats tant l’écart à l’applaudi maître fut grand, en sa faveur.
Guy, fidèle à lui-même, et à l’image qu’on lui connaît, eut le succès modeste.
Inutile de vous dire combien, de mon coté, j’étais heureux et fier d’être le porteur de service, auquel on remis les lots du vainqueur et en particulier, un électrophone « Téppaz »
accompagné d’une série de 45 tours de Gilbert Bécaud de Jacques Brel et de Charles Aznavour…

Puis le temps passa…jusqu’à cette fameuse nuit de Noël, dont je vous parlais au début du conte.

Comme Tous les ans, nous allions en famille, assister à la Messe de Minuit du Patronage.
Guy et moi faisions partie de la chorale de monsieur Théodore qui se tenait au balcon, situé au fond de la chapelle.
Une demi-heure avant l’entame de l’office, une rumeur se répandit comme une traînée de poudre.
Monsieur Costa, le ténor soliste de la chorale qui devait faire l’ouverture de la messe en chantant le « Minuit Chrétien » venait d’être « terrassé ! » par la grippe …A la Marine, il ne pouvait s’agir, bien évidemment, que de la Grippe Espagnole !
…C’est dire qu’il n’y avait pratiquement aucun espoir de le voir arriver car il était alité pour au moins quatre jours !
- Comment allons-nous faire ?... se lamentait M. Théodore.
- une messe de Noël sans « Minuit Chrétien » c’est impensable…ajoutait le Père Perin
Le Père Santonja, curé de la paroisse, en pleine préparation et concentration de son homélie sur l’âne le bœuf et l’enfant –Dieu, ne savait plus à quel Saint se vouer …oubliant même, au passage, le vénéré Don Bosco, fondateur de l’ordre des Salésiens dont il faisait partie…
Monsieur Tricot que l’on surnommait plus craintivement et ironiquement « Papa Tricot ! » intervint à son tour au « poulailler ! ».
Grand spécialiste de l’ouverture des portes et placards, il commença par nous rappeler à l’ordre et au silence.
Ensuite et tel St Pierre brandissant la bonne clé de son trousseau, il lança à la cantonade :
- est-ce que quelqu’un parmi vous, se sentirait capable de chanter le « Minuit chrétien ? »

C’est alors que, prenant mon courage à deux mains, je m’exclamais !...